Site d'information français de la société Centre Région, fabricant des Correcteurs d'Etat Fonctionnel.

CheminArticles  > Révolution ou fausse piste

Tandis que les partisans du « contre », en ignorant les nombreuses preuves, présentées par les intervenants cités, continuent à déclarer que tout ceci est une fumisterie, non étudiée et non prouvée. « La médecine traditionnelle aujourd’hui ne peut en aucun cas être évincée », - disent-ils, et je suis bien d’accord avec eux. A ce jour, notre système médical est très efficace dans les situations d’urgence, lorsqu’il s’agit de sauver ou de réanimer une personne. Mais en ce qui concerne les pathologies chroniques, les problèmes de longue date, ou simplement la prévention, les médecins d’aujourd’hui s’avouent impuissants.

Mais revenons aux débats qui ont lieu en Russie. Quel est donc ce produit qui a suscité autant de réactions dans tout le pays ? Qu’a-t-il de si particulier ?

Pour mieux le comprendre, je vous propose de commencer par l’histoire de son créateur, Sergueï Valentinovich Koltsov.

Des débats houleux ont éclaté en Russie. Des débats auxquels participent des médecins, des chercheurs, des thérapeutes, des représentants de l’élite sportive, des animateurs télé ou radio et même des hommes politiques. Ils sont divisés en deux camps : le « pour » et le « contre ». Ceux qui sont pour, affirment qu’il s’agit d’une technologie innovante qui révolutionnera les principes de la médecine actuelle de la même façon que l’électricité a jadis pris le relais de l’industrie du charbon. Des médecins animent les conférences, dédiées aux résultats des recherches sur ce produit en milieu hospitalier ; des scientifiques agitent de leur côté les rapports des études menées en laboratoire ; des entraineurs sportifs partagent les performances de leurs élèves ; des thérapeutes parlent avec enthousiasme des possibilités de travail avec cet outil, de plus en plus nombreuses.

 

Sergueï Valentinovich Koltsov est à l’origine de l’invention sans précédent, qui porte le nom de Correcteur d’Etat Fonctionnel (CEF), également connu sous le nom de plaque de Koltsov. Sergueï Koltsov est un grand physicien russe, diplômé de la faculté de mathématiques de l’Université de Moscou. Il a longtemps travaillé dans le secteur aérospatial, où il était en charge du développement des algorithmes de contrôle de vol pour la navette spatiale russe « Bourane ». A la suite de l’effondrement de l’Union soviétique, le projet a été clos. Et avec un certificat d’handicap pour l’hypertension, Sergueï Koltsov n’a pas pu poursuivre sa carrière : de longues journées et des nuits de travail dans des conditions déplorables ont eu raison de lui.

Koltsov s’est aperçu que son état de santé était devenu critique : presque tous les vaisseaux sanguins ont été détruits. Mais il a refusé d’agir de manière traditionnelle.

Son caractère de combattant l’a poussé à entamer ses propres recherches pour trouver un moyen de lutter contre ses problèmes de santé.

Son approche holistique de la santé l’a poussé à considérer le corps humain comme un programme complexe. Selon lui, «le corps humain est un système biologique », et « dans chaque système, la chose la plus importante est le transfert d’information », même si le fonctionnement d’un système vivant est sans aucun doute beaucoup plus complexe que celui d’un vaisseau spatial.

Lorsque Koltsov a lancé son projet, nombre de scientifiques russes ont commencé à lui donner raison. Ainsi, Koltsov a pu s’appuyer sur une base solide d’études scientifiques traitant des connexions qui existent entre tous les êtres vivants, ainsi que de la place de l’homme dans l’Univers, et dont la conclusion était la suivante : l’homme fait partie intégrante d’un système complexe et infini. Une approche quantique, métaphysique, selon laquelle nous sommes en constante interaction avec l’Unité ou le Tout, et où l’interaction repose sur l’échange d’énergie (énergie = information). Cette approche a servi de point de départ aux études qui, trente ans plus tard, débouchaient sur la conception de ces dispositifs étonnants, appelés Correcteurs d’Etat Fonctionnel de l’objet biologique.

Pendant longtemps, Sergueï Koltsov a nourri l'idée de mettre au point un appareil de transmission  d'informations afin d’agir sur la physiologie humaine et sur l’eau. Il s’est intéressé de près à la chronobiologie, à la physique ondulatoire, à la médecine quantique, aux travaux sur les ondes scalaires ainsi qu’aux recherches sur le champ magnétique terrestre et sur la mémoire de l’eau.

Dans la nature, l’eau est l’élément qui permet la transmission d’information aux organismes vivants. Le rôle de l’eau a été démontré par le docteur en sciences biologiques et chercheur russe, Stanislav Zénine. C’est précisément lui qui a soutenu pour la première fois au monde une thèse sur la mémoire de l’eau.

Le rôle du dispositif devait être de transporter les informations vitales à l’organisme au moyen des milieux aqueux et de corriger les effets des fluctuations du champ magnétique terrestre, en favorisant l’adaptation d’un objet biologique (l’homme) aux changements des conditions extérieures.

A cet effet, Sergueï Koltsov a créé un appareil capable de lire et d’enregistrer le spectre unique des vibrations électromagnétiques de n'importe quel objet ou forme de vie, par exemple, plante, cristal, source d’eau etc. L'ensemble de ces fréquences ont été enregistrées sur un petit support, fabriqué en résine magnétique spéciale, composant secret de l’industrie aérospatiale et militaire de l’ancien bloc soviétique, qui, aujourd’hui, est utilisé dans la fabrication des CEF.

La résine ferromagnétique a été créée et aussitôt classée secret défense dans les années 50, en ex-URSS. A ce jour, elle est toujours utilisée dans l’industrie aérospatiale et militaire. Il s’agit d’une résine quadrillée par les ions du fer aux nano-étapes spécifiques. N’importe quel flux électromagnétique, n’importe quelle onde électromagnétique, en traversant cette grille, modifie sa structure et prend l’information prédéfinie.

Au départ, Sergueï Koltsov avait l’intention de créer un seul et unique support d'information, mais il s’est vite rendu compte qu’une seule plaque ne pourrait pas suffire pour résoudre les principaux problèmes rencontrés par l’humanité, compte tenu de la complexité de l’être humain : de très nombreux facteurs entrent en jeu.

C’est ainsi qu’ont vu le jour les premiers CEF. Chaque plaque diffuse des informations particulières qui peuvent provenir des plantes utilisées en médecine, des herbes comestibles, des cristaux et des minéraux, des sources d’eau aux vertus thérapeutiques, des préparations ayurvédiques et des champs de vortex…

Au fil des ans, Koltsov et son équipe ont appris à recueillir des informations plus complexes, issues des lieux de force (haut-lieux cosmo-telluriques) ainsi qu’à capter et à enregistrer sur les plaques des canaux cosmoénergétiques ou des canaux Maya. C’est ainsi qu’ont été créées d’autres séries des CEF.

Qu’est-ce qu’un CEF aujourd’hui ?

Le Correcteur d’Etat Fonctionnel ou plaque de Koltsov est un dispositif magnétique composé de quatre fines plaques, superposées et collées entre elles de sorte à amplifier les effets les unes des autres. Protégée par un boitier extérieur dont la couleur varie en fonction des séries, cette plaque crée autour d’elle un champ magnétique scalaire, riche en informations favorables à toutes les formes vivantes. Le champ magnétique terrestre lui sert de source d’alimentation.

Chaque élément actif est conçu en ferro-résine magnétique. Grace aux ions du fer, il est possible d’enregistrer sur ces supports des informations spécifiques. Chaque élément actif comporte des morceaux de résine magnétique (aimants), découpés et recollés (le pôle nord contre le pôle nord et le pôle sud contre le pôle sud) de telle sorte que leurs côtés se repoussent. Cette technologie repose sur les recherches du scientifique russe, Nikolaev.  Dans ses travaux, il a prouvé que les aimants ainsi collés produisaient un champ d’ondes scalaires. Ce dispositif est alimenté par l’énergie du champ magnétique de la Terre, c’est pourquoi il a une durée de vie illimitée.

 

On constate que chaque plaque est perforée à plusieurs endroits d’une façon particulière, des petits trous correspondent aux conduits des ondes. La surface intacte est réservée aux autres éléments, essentiels au fonctionnement du CEF. Cette disposition a pour but de renforcer les effets du CEF. Par ailleurs, cette structure stimule le vortex énergétique, que nous connaissons dans la médecine traditionnelle chinoise comme étant le QI (ou Prâna dans l’Ayurvéda). C'est cette même Energie vitale qui habite en chaque être vivant. Cette énergie qui nous remplit, nous met en mouvement, cette force présente dans chacun de nos souffles conscients, s’harmonisant avec le souffle de l’Univers. On en vient à la fonction essentielle du CEF qui est de remplir toutes les formes de vie en énergie vitale.

 

Aujourd’hui, le CEF est devenu populaire en Russie, et avant tout, dans le milieu des thérapeutes, des géobiologues, des ostéopathes, des praticiens de reiki ou de schiatsu, essentiellement grâce à ses fonctions de correction des structures énergétiques: ré-harmonisation des centres énergétiques et des méridiens, restauration de l’aura, détériorée notamment par les ondes artificielles, rééquilibrage énergétique sur tous les plans.

À Découvrir Aussi:

Subnail.jpg
Reseau-Hartmann.jpg
Synchronisation-des-rythmes-2-subnail.jp

Vous pouvez acheter les Correcteurs d’Etat Fonctionnel (Plaques de Koltsov) sur la boutique en ligne du distributeur officiel en France et en Europe, Quant’Essence à l'adresse suivante: www.quant-essence.fr